compteur pour site internet

Jacob

Jacob

Lecture : Genèse 25. 23

Et l’Éternel lui dit : Deux nations sont dans ton ventre, et deux peuples se sépareront au sortir de tes entrailles ; un de ces peuples sera plus fort que l’autre, et le plus grand sera assujetti au plus petit.

Promesses et impossibilités

Dans la continuité du miracle que Dieu avait accompli pour Rebecca en la guérissant de sa stérilité, il ajoute une promesse. Une promesse dont la réalisation aussi impossible que celui d’une femme stérile qui enfante; La naissance de jumeaux dont le deuxième supplantera le premier.

Pour cela, il fallait renverser toute une coutume bien en place. (Notons que le droit d’aînesse était une coutume et pas un commandement de Dieu. Par la suite, cette coutume sera réglementée par la loi).      

          – Le droit d’aînesse

Le droit d’aînesse conférait la totalité ou la majorité des biens d’un foyer au fils premier-né. Celui-ci avait en plus autorité pour représenter la famille dans tous les cas, et il avait aussi droit à une bénédiction particulière de son père. Cette situation de chef de famille était toujours léguée au fils aîné.

 Genèse 25.33 Et Jacob dit : Jure-le-moi d’abord. Il le lui jura, et il vendit son droit d’aînesse à Jacob.

En vendant son droit d’aînesse à son frère, Esaü accomplissait ainsi le plan de Dieu. 

Les plans de Dieu sont toujours supérieurs aux décisions et aux coutumes des hommes !

             La bénédiction

Le droit d’aînesse ne pouvait pas aller sans la bénédiction, ni la bénédiction sans le droit d’aînesse.
Isaac connaissait la prophétie de Dieu au sujet de ses deux fils, il savait qu’Esaü avait vendu son droit d’aînesse à Jacob. Sur son lit de mort, il voulut passer outre, mais c’était sans compter sur Rebecca qui veillait.
Ayant reçu la bénédiction de son père, pour Jacob, la boucle était bouclée.
Genèse 27.28-29 Que Dieu te donne de la rosée du ciel Et de la graisse de la terre, Du blé et du vin en abondance !

Que des peuples te soient soumis, Et que des nations se prosternent devant toi ! Sois le maître de tes frères, Et que les fils de ta mère se prosternent devant toi ! Maudit soit quiconque te maudira, Et béni soit quiconque te bénira.

Sur le chemin de l’exil

Sur le chemin de l’exil et durant tout le temps que durera celui-ci, Dieu garde le contact avec Jacob. Remarquons que « ses contacts » sont toujours à l’initiative de Dieu, celui qui n’oublie pas ses promesses.

– Vision de l’échelle
– Rencontre avec Rachel
– Le songe des brebis tachetées et ordre de retour
– Sa rencontre avec les anges

Si Dieu …

Malgré tous les miracles, toutes les fois qu’il avait vu Dieu intervenir, Jacob ne connaissait que le Dieu de ses pères Abraham et Isaac.
Genèse 28.13 Je suis l’Éternel, le Dieu d’Abraham, ton père, et le Dieu d’Isaac

–  Genèse 31.5 mais le Dieu de mon père a été avec moi.

Genèse 31.29 Ma main est assez forte pour vous faire du mal ; mais le Dieu de votre père m’a dit hier..

Genèse 31. 42    le Dieu de mon père, le Dieu d’Abraham, celui que craint Isaac …

Genèse 31.53  Jacob jura par celui que craignait Isaac.

Genèse 32.10  Jacob dit : Dieu de mon père Abraham, Dieu de mon père Isaac, Éternel, qui m’as dit

Mais il fit un vœux : Genèse 28.20-21 Puis il fit le vœu suivant : Si Dieu est avec moi, s’il me protège au cours du voyage que je suis en train de faire, s’il me fournit de quoi manger et me vêtir, et si je reviens sain et sauf chez mon père,  alors l’Eternel sera mon Dieu.

Genèse 33.20 Et là, il éleva un autel, qu’il appela El-Élohé-Israël. (Dieu est le Dieu d’Israël) ou de Jacob.

Notre relation avec Dieu doit être une relation personnelle.

Réconciliation

La vie de Jacob peut nous inviter à nous poser bien des questions, entre autres, suite à l’offense, qui doit faire le premier pas, celui qui a offensé ou celui qui a été ou qui s’est senti offensé ? A l’exemple de Jacob, on peut dire sans ambigüité que c’est celui à qui Dieu parle et qui l’écoute que revient de faire la démarche, mais Dieu peut aussi parler aux deux partis en même temps.
Jacob fit donc cette démarche de pardon et de réconciliation, mais il ignorait l’état du cœur de son frère Esaü, et ce jusqu’à leur rencontre. Quand il apprit que son frère venait à sa rencontre avec 400 hommes, on comprend qu’il eut peur, mais il continua à avancer en protégeant toute fois sa famille. Puis le texte nous dit que Jacob demeura seul. Il avait besoin de cette solitude pour se retrouver avec ce Dieu qu’il avait promis de reconnaître comme son Dieu.
Là, seul, dans sa lutte avec Dieu, dans sa meurtrissure, il reçut force et bénédiction.
Genèse 33.4 Ésaü courut à sa rencontre ; il l’embrassa, se jeta à son cou, et le baisa. Et ils pleurèrent.
Les mots n’avaient plus d’importance !

Comme Jacob, sois « soutenu et protégé par Dieu. »
Henry Bouchaut
compteur blog

Une réflexion sur “Jacob

  • novembre 27, 2022 à 07:43
    Permalien

    Bon rappel de la responsabilité d’Esaü qui a sciemment vendu ses droits, rejetant ainsi tout ce qui « allait avec »…
    On a toujours tendance à viser Jacob comme étant l’usurpateur, le voleur, le trompeur, comme si Esaü était le « pauvre garçon trahi » en lui donnant (presque) raison de vouloir tuer son frère !
    Combien de fois nous jugeons ainsi les autres au gré de NOS ressentis qui émoustillent nos émotions si facilement trompeuses (!?)…
    Puissions-nous voir clair dans nos propres cœurs et nous abstenir de juger des actes d’autrui sur leurs seules apparences aussi trompeuses que celles révélées dans ce récit dont les conséquences tragiques perdurent jusqu’à aujourd’hui !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Flag Counter