Ahimaats

Ahimaats

Reconnaissable de loin

Ahimaats, voilà peut-être un nom, un personnage qui ne te dit pas grand-chose, pourtant, cet homme a beaucoup à nous apporter.

Lecture : 2 Samuel 18.24-27

24 David était assis entre la porte extérieure et la porte intérieure de la ville. La sentinelle se rendit sur le rempart, au-dessus de la porte, et scruta l’horizon. Soudain, elle aperçut au loin un homme qui courait seul. 

25 La sentinelle cria la nouvelle pour en informer le roi. Celui-ci lui répondit : S’il est seul, il apporte une bonne nouvelle. L’homme poursuivait sa course et s’approchait. 

26 Alors la sentinelle aperçut un autre homme qui courait. Elle cria au gardien de la porte : Voilà un autre coureur isolé. Le roi déclara : Lui aussi apporte une bonne nouvelle.

27 La sentinelle reprit : A la manière de courir du premier, je crois reconnaître Ahimaats, fils de Tsadoq. Le roi dit : C’est un homme de bien, et il apporte certainement une bonne nouvelle.

David était assis à la porte de la ville et manifestement, il attendait des nouvelles, suite au soulèvement de son fils Absalom. Voilà que deux coureurs, deux porteurs de nouvelles arrivent. L’un est un inconnu, tandis que celui qui vient de se porter en tête est reconnaissable même de loin.
En amont, il y a Joab, le chef des armées de David qui a dû faire un choix. Il y a deux nouvelles à annoncer à David. La première c’est que la rébellion a été mâtée et la seconde c’est la mort de son fils Absalom.

Pas le premier choix

Joab choisit un coureur éthiopien pour porter cette double nouvelle au roi. Comment David va-t-il réagir, surtout quand il apprendra que c’est celui à qui il avait donné l’ordre de ne pas toucher à son fils qui a tué ce dernier ? Quel sort va-t-il réserver au coureur porteur de cette nouvelle ?
En choisissant quelqu’un d’autre que Ahimaats, Joab voulait peut-être le protéger d’une réaction violente de la part de David, mais Ahimaats ne l’entendait pas de cette oreille.
Et nous, comment avons nous réagi quand le choix ne s’est pas porté sur nous ?
Ahimaats voulait être le porteur de bonne nouvelle.
Il savait qu’il n’était pas le premier choix de Joab, qu’importe, il plaide sa cause et il le fait sans amoindrir les qualités de son concurrent. Il veut être jugé à sa juste valeur. Il ne tient aucune rigueur, il n’a aucune animosité envers celui qui a été choisi avant lui, celui qui occupe déjà la place convoitée.
Bien des fois, nous nous laissons influencer par les autres qui par leurs réflexions nous font nous tourner contre celui qui a été choisi (alors que lui, il n’a rien fait pour nous porter préjudice). Et nous tombons dans ce piège !!!
Ahimaats s’est contenté de mettre en avant ses qualités à ce poste, à remplir cette mission, qualités reconnues et saluées par le roi David lui-même : « c’est un homme de bien, un homme de valeur » dira le roi… C’est aussi un homme connu et reconnu pour sa façon de courir, sa façon de remplir sa mission, le travail qui lui est confié.

Coureurs1

Faisons en sorte d’être connu pour notre façon de faire, notre sérieux dans le travail à accomplir, que nos qualités, notre bonne réputation nous précèdent.
C’est là, une attitude que nous devons avoir pas seulement dans l’Eglise mais aussi dans le milieu séculier.

Compétences

Qualités

Détermination

Henry Bouchaut

Une réflexion sur “Ahimaats

  • août 28, 2022 à 10:29
    Permalien

    Regard très intéressant sur cette course. Ce texte m’a souvent « troublée » sur la motivation de ce messager. Là j’y perçois davantage la passion qui devrait nous animer pour porter LA bonne nouvelle alors que si souvent nous nous empressons davantage pour porter de tristes nouvelles. Qu’était il le plus urgent pour David :
    – savoir que son fils avait péri (?)
    OU
    – savoir que la victoire avait été remportée ???

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Flag Counter