compteur pour site internet

Eléazar

Eléazar

Le chapitre 23 du deuxième livre de Samuel, nous présente 3 compagnons d’armes de David, en mentionnant pour chacun d’eux, un fait saillant, un fait qui encore aujourd’hui marque les esprits. Un de ces hommes était Eléazar. Sur le peu de choses qu’il est dit de lui, il y a pourtant de très grandes leçons qui s’en dégagent.

Lecture : Samuel 23. 9 - 10

Éléazar, fils de Dodo, fils d’Achochi. Il était l’un des trois guerriers qui affrontèrent avec David les Philistins rassemblés pour combattre, tandis que les hommes d’Israël se retiraient sur les hauteurs.

Il se leva, et frappa les Philistins jusqu’à ce que sa main fût lasse et qu’elle restât attachée à son épée. L’Éternel opéra une grande délivrance ce jour-là. Le peuple revint après Éléazar, seulement pour prendre les dépouilles.

Eléazar était un compagnon

Il est cité comme compagnon de David, le compagnon, celui avec qui on partage le pain. Le compagnon, c’est celui qui partage les préoccupations de l’autre. Cela veut dire qu’il est là dans les bons comme dans les mauvais jours, et surtout dans les mauvais jours.

Je vous invite à faire ce petit exercice, en complétant cette expression par un complément : « compagnon de … ». Vous serez surpris de voir à quel point le compagnon c’est celui qui est présent dans les moments plus durs, les plus sombres de notre existence.

Qui est mon compagnon dans ces moments que je traverse aujourd’hui ?
De qui je suis vraiment le compagnon aujourd’hui ?

Eléazar, un homme déterminé

Alors que tout autour de lui, l’armée d’Israël battait en retraite, était en déroute, Eléazar ne s’est pas laissé influencer par ce qui se passait. Il avait une mission à accomplir, il était là pour combattre, pour vaincre ou mourir.

Dans le combat, cet homme n’était pas seul, il était Eléazar, « celui qui a l’appui de Dieu ».
Non, je ne vous laisserai pas orphelins et orphelins, mais je reviendrai vers vous (Jean 14.18). Nous non plus, dans le combat, nous ne sommes pas seuls!

Eléazar était convaincu que Dieu allait donner la victoire à son peuple, c’est pourquoi rien ne l’arrêta dans le combat. Sur ce champ de bataille, il disait certainement : « S’il n’en reste qu’un, je serai celui-là ! »

Conviction et détermination, ces deux qualités qui animaient Eléazar se retrouvent-ils en moi aujourd’hui, dans le combat pour Dieu ?


Un homme qui fait corps avec sa mission

Eléazar avait autre chose à faire que se laisser influencer par ceux qui quittaient le champ de bataille. Il avait une mission.

Il y mit tellement d’ardeur qu’il eut une terrible crampe à la main. Sa main fit pour ainsi dire corps avec son épée, avec sa mission.

Quelle ardeur je mets à accomplir ce qui m’est demandé, que ce soit dans le service de Dieu ou à mon travail ?

Tout ce que ta main trouve à faire avec la force qui est en toi, fais-le. (Ecclésiaste 9.10)

Découvrons deux grands symboles cachés dans ce texte :

La main

Sous son aspect négatif, elle peut pointer du doigt, briser, dominer, condamner ou tuer. Elle peut exprimer les passions, la colère ou la vengeance.

Sous son aspect positif, la main exprime l’activité, la construction, la création, elle nous permet de toucher, de sentir, de saisir, de presser ou de retenir. La main est symbole de force autant que de précision et d’identité. Elle peut donner, relier, et réconforter. Elle peut aussi protéger.

Comment vais-je utiliser mes mains aujourd’hui ?

L’épée

L’épée est symbole d’autorité et de pouvoir. C’est une arme aussi bien offensive que défensive et il faut la manier avec adresse. Bien utilisée, elle peut apporter protection alors qu’à l’inverse, elle peut semer la destruction.
La Parole de Dieu, c’est l’épée qui est mise dans la main de chaque croyant, sachons donc la manier avec sagesse et qu’elle devienne le prolongement de notre bras jusqu’à ce que nous n’en fassions plus qu’un.

Henry Bouchaut

compteur html visites

3 réflexions sur “Eléazar

  • janvier 17, 2023 à 07:17
    Permalien

    Excellente analogie que cette épée à double tranchant et cette main à double fonction.
    Merci pour cet appel à faire corps en toutes circonstances avec la mission de Christ !

  • janvier 9, 2023 à 09:02
    Permalien

    Très très très bonne méditation.

  • janvier 8, 2023 à 11:32
    Permalien

    Je vois dans la main d’Eléazar ce que signifie « coller à…  » …
    Il m’est arrivé d’avoir ma main collée à un ustensile après une longue utilisation (au jardin en particulier), au point d’avoir une cloque dont une partie de ma peau reste collée à mon outil. La ténacité d’Eléazar me fait souhaiter que ma main qui tient la Parole de Dieu s’y attache tellement et de plus en plus fort, jusqu’à ce que mon être tout entier fasse corps avec Elle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Flag Counter